Lecture – L’affiliation : Bâtir, administrer et animer un programme

Nous sommes en train de monter un petit projet sympa avec quelques héticiens. C’est l’occasion pour nous de mettre en pratique les compétences de chacun dans un projet personnel (et sans contraintes clients) .

Je m’occupe de monétiser le site. J’ai choisi l’affiliation comme principale source de revenu. Pourquoi ? Principalement parce que l’on va pouvoir bien contextualiser les bannières.  C’est aussi l’occasion de prendre en main ce levier que je n’ai pas encore pu appréhender de mes propres mains.

Même si j’en connais les grands principes, il est toujours bon de se renseigner avant d’attaquer. C’est dans cette optique que j’ai pu lire ce livre sur l’Affiliation. L’auteur n’est autre qu’Antoine Denoix, l’un des fondateurs de Fifty Five, une agence spécialisée dans l’optimisation du taux de conversion. Le livre est principalement à destination des annonceurs (comme l’indique le titre). Je ne vais pas résumer le livre mais plutôt indiquer ce qui m’a intrigué.

 

Le keyworder ?

Mais c’est quoi ça ? Ou plutôt qui ! Je ne connaissais pas du tout ce terme. C’est un affilié comme les autres sauf que celui-ci ne passe pas par un site internet pour soumettre le lien de l’affilieur. Il achète directement des mots clés Adwords et redirige l’internaute vers l’affilieur. Cela l’oblige à tenir ses comptes serrés et à checker très régulièrement ses reporting s’il veut être rentable.
Il faut quand même savoir que les marques n’autorisent pas toujours les keyworders. Dans tous les cas, les mots clés « marque » sont interdits afin de ne pas entrer directement en concurrence avec la marque. Et puis ça serait bien trop facile !

 

Le site under

C’est un des formats mis à disposition par les annonceurs pour leurs affiliés. Vous ne voyez pas à quoi ça correspond ? Mais si, c’est le format qui dégrade complètement l’expérience utilisateur sur le site. Concrètement ça ouvre en arrière plan le site de l’annonceur. Ce format fonctionne encore très bien, malheureusement pour les internautes. D’après mon expérience utilisateur, la plupart du temps on clique sur un lien du site et on se retrouve avec une page qui ne correspond pas au contenu visé. Je ferme donc directement la fenêtre car c’est très mal contextualisé. L’avantage pour l’affilié est que le cookie est de toute façon déposé. Du coup, si dans les 30 jours l’internaute réalise l’action visée par l’annonceur sur son site, il recevra sa commission. Ce n’est pas user friendly mais à court terme, j’en comprends l’intérêt économique. Ce ne sera pas mon choix pour notre site en construction car une petite communauté y sera greffée et la fidélisation est un critère important dans notre stratégie.

 

En plus de ses deux aspects, le livre m’a aussi permis d’avoir de nouvelles idées pour monétiser le site (et même un nouveau site). Au final quand on lit un livre de ce genre, on connait 90% des sujets abordés. L’important c’est d’attraper les 10% restant et de réussir à les adapter pour ces projets.

 

Tout comme ma précédente lecture à propos de Google Adwords, je trouve vraiment dommage de trouver peu de livre à l’intention des agences avec des tips un plus poussés (même si ça se comprend).

Bonne lecture aux futurs affiliés et affilieurs !

 

Laisser un commentaire